Expositions

© Erwan Fichou et Théo Mercier, 2018

du 23 avril au 30 juin 2019

Every stone should cry
Théo Mercier

Commissariat de l'exposition : Claude d'Anthenaise


Dix ans après y avoir fait sa première exposition personnelle, l’artiste Théo Mercier revient habiter les salles du musée de la Chasse et de la Nature.


Sculpteur et metteur en scène, il travaille sur la relation entre l’oeuvre et son environnement. L’artiste veut initier chez les visiteurs une véritable chorégraphie du regard. À cette fin, dans ses installations, il mélange à ses propres sculptures des objets ou des oeuvres d’art populaire qu’il a collectés lors de ses voyages. La diversité de provenance des collections ainsi constituées est à l’image de la mondialisation, leur agencement évoquant une sorte d’archéologie du futur. Le contexte muséographique vient donner un sens nouveau aux objets exposés, tandis que l’étrangeté, la poésie ou l’humour naissent de rapprochements insolites.

Avec l’exposition EVERY STONE SHOULD CRY, Théo Mercier interroge la notion de « domestication » de la nature par l’homme, qu’elle soit animale, végétale ou minéralogique. Il imagine un scénario post-moderne autour du bonheur animal et du bonheur domestiqué, dans un jardin des illusions où le vivant jouerait tous les rôles pensés par et pour l’homme. De l’original à la copie industrielle, il réinvente les notions de classification et de collection naturaliste à l’ère de la (re)production de masse, pour créer un « muséum d’histoire artificielle » et faire naître de nouveaux dialogues ou disputes entre les objets collectés. Transformant le lieu d’exposition temporaire en un espace temps d’un genre nouveau, Théo Mercier installe notre regard quelque part entre l’étalage de magasin, le cabinet de curiosités et l’aire de jeux pour enfants ou animaux. Par une mise en scène aux couleurs et aux formes alléchantes, ce monde factice suggère pourtant une forme d’enfermement et d’étrangeté à explorer. Conçue comme un lieu clos, l’exposition offre un zoo domestique dans lequel le visiteur entre par une petite porte pour y découvrir de nouvelles habitudes de regards sur le monde. À travers des jeux d’échelle improbables et des déplacements d’usage, l’accrochage recrée l’illusion d’un espace récréatif pour le visiteur qui joue, malgré lui, le rôle de « cobaye » en cage. Par un renversement des rapports de pouvoirs et de fantasmes entre l’homme et la nature, l’exposition EVERY STONE SHOULD CRY met en scène les tensions qui existent entre le jeu et le contrôle, le bonheur et la terreur, l’illusion et la réalité ou encore la récompense et la punition.

La possession du monde n'est pas ma priorité

Ouvrage monographique bilingue

ACHETER LA PUBLICATION

français-anglais
Editions Dilecta
Parution : octobre 2019

expositions passés

© Erwan Fichou et Théo Mercier, 2018